• Bernard Neumeister

L'UE relance l'Internet par satellite sur fond de souveraineté


GCTI, Cloud de confiance

Un consortium d'entreprises, dont font partie Airbus Space, Arianespace, Eutelsat, Thales, Alenia Space et Orange a été nommé ce mercredi 23 décembre par la Commission européenne afin de plancher sur le lancement d'un réseau européen de communication par satellites. Objectif: Fournir une solution Internet haut débit à couverture mondiale et notamment pour les applications critiques.


Ce système spatial européen de communication a pour objectif d'assurer une couverture à l'échelle mondiale, zones rurales et zones blanches comprises. L'idée est de fournir une solution d'Internet haut débit par satellite pour des applications critiques. Une connectivité sécurisée qui devra être proposée aux citoyens, aux entreprises et aux institutions.

Dans un premier temps, le consortium a pour mission "d'étudier la conception, le développement et le lancement d’un système spatial européen indépendant de communications".


Neuf entreprises ont été sélectionnées (avec Hispasat, OHB, SES et Telespazio) parmi des fabricants et opérateurs de satellites, un opérateur de télécommunication et un fournisseur européen de services de lancement pour mener cette étude de faisabilité d'un an, au renfort d'un budget de financement de 7,1 millions d'euros. Une première phase qui doit permettre de mieux définir les besoins des utilisateurs, mais aussi d'établir une conception architecturale préliminaire, un concept de prestation de services et des estimations budgétaires.


Souveraineté numérique en toile de fond


La mise en place d'une telle infrastructure doit permettre de renforcer la sécurité dans la transmission et le stockage des informations et des données et de répondre aux besoins des agences gouvernementales, des sociétés financières et bancaires, des réseaux scientifiques, des infrastructures critiques ou encore des centres de données. Après la navigation par satellite avec Galileo et l’observation de la Terre avec Copernicus, l'Union européenne veut en effet se doter d'une constellation de satellites pour assurer sa souveraineté en matière de télécommunications. Un sujet de souveraineté régulièrement évoqué et pour lequel Thierry Breton, le commissaire européen au marché intérieur, met en avant l'importance pour l'UE de se doter de sa propre constellation de satellites.

L'Europe doit aller plus loin que Galileo et Copernicus pour assurer sa souveraineté numérique. Thierry Breton, Commissaire européen au marché intérieur.

.

Repenser l’Internet par satellite


Des entreprises privées comme Amazon et SpaceX ont en effet déjà commencé à déployer leurs propres constellations, voire leurs offres d'internet haut débit par satellite. Trois projets de constellations de satellites se distinguent par leurs ampleurs et par leurs ambitions. OneWeb, Starlink et Kuiper Systems développés respectivement par les milliardaires Gregory Wyler (O3b), Elon Musk (Tesla et Space X) et Jeff Bezos (Amazon). Ces constellations de satellites seront lancées prochainement. Une fois opérantes, elles pourraient compter entre 650 et 12 000 satellites par projet, de quoi faire rougir les 2000 satellites opérationnels que compte actuellement l’orbite terrestre.


Au-delà de cette initiative, chaque projet possède d’énormes avantages. Starlink, à travers l’entreprise Space X d’Elon Musk, possède ses propres fusées de lancement. Le projet OneWeb, repris par un consortium anglo-indien avait déjà pour sa part noué des partenariats stratégiques avec Airbus et a bénéficié d'un investissement de $500 millions. Enfin, Kuiper Systems pourra s’appuyer sur les infrastructures d’Amazon et peut-être même sur les fusées de Blue Origin, l’entreprise que développe Jeff Bezos depuis près de 20 ans.


Urgence pour l'UE de jouer la carte de l'autonomie stratégique


Si elle souhaite réellement rester souveraine vis-à-vis de ses 500 millions d’habitants, en termes d’Internet haut débit pour les données et les applications critiques, l'Europe doit impérativement constituer une force active et proactive dans ce domaine. Nous avons les capacités technologiques. Reste à orchestrer tous les acteurs pour agir et même dépasser les concurrents du monde entier.


Source 1

Source 2

Source 3

23 vues

Posts récents

Voir tout